Notre-Dame d’Afrique – Bologhine

Pour une fois, j’ai un peu de mal à raconter notre balade. Nos pas nous ont menés vers Notre-Dame d’Afrique. Est-ce parce que j’ai eu du mal à faire des photos? Il y avait toujours un fil, une grue, des poubelles, un rayon de soleil qui m’aveuglait, bref pas fan de mes photos…

La balade était belle et surprenante parce qu’évidemment nous avons cherché notre chemin, nous sommes beaucoup trompé, etc. Avant d’arriver tout en haut, nous avons pu contempler de très belles vues et croiser quelques poubelles, qui ont gâché un peu le goût de l’aventure.  Je ne vous montrerai donc que la face ensoleillée de l’épopée.

 

En revanche, difficile de masquer tous les fils électriques ou les gouttière sur la bâtisse elle-même. L’agencement est ainsi fait et ici on ne photoshoppe pas.

IMG_1262

Cette basilique répond à Notre-Dame de la Garde à Marseille et retrace en français, en arabe et en berbère, la vie de Saint-Augustin, né à Souk Ahras et mort à Annaba (354-430).

Publicités

3 petits kits d’Hélène Le Berre à la rescousse…

Bon, deux mois que nous sommes là et toujours pas de déménagement. Donc trois mois (si on ajoute les vacances et le squat chez les copains) que nous vivons avec les mêmes vêtements, les mêmes manques, la même maison toute vide… Ceux qui connaissent les Algériens entendent ce petit « normaal », traînant, fataliste mais optimiste qui peut tour à tour être rigolo, rassurant ou énervant selon l’humeur et le sujet.

Bon j’avoue, j’en ai marre et puis je n’ai pas grand-chose à faire de mes mains. C’est-à-dire que trois mois avec pas grand-chose, ça fait long. Heureusement, grâce à une rencontre en coup de vent, j’ai récupéré  les trois kits d’automne d’Hélène le Berre.

IMG_1302

Bougainvilliers et jasmin dans un « Souffle ».

IMG_1308

Un « murmure » plutôt printanier, je trouve mais il fait toujours 30° ici l’après-midi…

Et un mordoré sur lequel je n’avance pas beaucoup, sinon il ne me reste plus rien pour occuper mes mains… A part, le Boho Blush, j’ai tout fini, mais je n’arrive pas à maîtriser le point brioche. C’est quand je retourne l’ouvrage que je patauge, y a un truc qui cloche et je ne trouve pas… Je vais insister mais j’avoue: vive la broderie!!!

Alors en attendant de retrouver mon stock inch’allah et de maîtriser le point brioche, je me plonge dans des ouvrages que je n’aurais sans doute jamais ouverts, sans venir ici et je dois dire que je suis sous le charme de Maïssa Bey et son Bleu Blanc Vert. Tous les jours, face à certaines situations, je me dis en mon for intérieur « ah mais oui, comme dans le Maïssa Bey… »
J’ai cependant une petite déception pour Assia Djebbar, dont le style délayé me semble diluer la force du propos. Je redécouvre Camus et me dis systématiquement qu’il décrit mieux que quiconque le choc des sens de la vie en Algérie et puis Benjamin Stora et son indispensable histoire de l’Algérie.

IMG_1297

Nous sommes fin octobre. Les oiseaux ont commencé à migrer par nuées entières, spectacle incroyable qui s’étend sur plusieurs jours, les 30° vont bientôt nous quitter… Nous n’avons que quelques vêtements de mi-saison et je rêve de ce camion qui descend dans l’allée…

PS: petite remarque de relecteur: euh, donc le point brioche, ce n’est pas de la broderie mais alors c’est quoi?!? Donc si d’aventure, vous vous demandez, c’est du tricot…

Juste un petit stop par là

Parfois, je suis fatiguée de chercher mon chemin, de ne pas toujours aimer ce que je vois alors dans ces cas-là, rien de  tel qu’un petit recentrage sur l’essentiel.

IMG_1036

A peine besoin de compter, j’avance, je coupe, je regarde mes points, je regarde les oiseaux, j’avance… J’ai l’impression que rien ne peut résister. Ah le crochet! Et puis je change.

IMG_0861

Du point mousse, de la mérinos et on avance aussi…

Ah maintenant on passe au point Brioche… Euh, je sais pas faire mais c’est pas grave, je vais chercher mon chemin, j’ai l’habitude 😉

 

Où en étais-je??

Oh, je suis un peu dépitée. J’avais préparé un très joli (oui, j’en suis sûre) petit billet sur mon jardin… J’y avais mis tout mon coeur mais les dieux de l’informatique m’ont complètement abandonnée. J’ai tout perdu… Impossible, de retrouver la moindre petite miette de texte, il m’a fallu racheter une machine, retrouver une connexion internet et maintenant, c’est trop tard. C’est parti… C’est parti et puis c’était il y a un mois… Il faisait encore 30°, nous avons découvert la pluie et le mauvais temps depuis…

Ce sont les joies du déménagement mais je ne désarme pas. J’essaierai retrouver le souffle de mon billet plus tard. En attendant, où en étais-je ? Où reprendre?

Comme je ne sais plus, je vais partir sur une autre piste. Celle de Tipaza. Impossible de ne pas y aller ni de parler de Tipaza, c’est un lieu incroyable, à une petite heure d’Alger. Une ville portuaire jaune et bleue, au pied du Mont Chenoua, au bord de la mer et qui abrite des vestiges romains. De sublimes vestiges romains qui surplombent la mer et défient la montagne. J’aurais aimé vous écrire Tipaza mais Camus l’a tellement mieux fait que je vais laisser les photos parler toutes seules et pourquoi vous recommander chaleureusement Noces à Tipaza.

Les activités du port:

 

Les vestiges:

IMG_1090

J’ai eu un énorme coup de cœur pour les mosaïques des thermes et puis ce petit chemin, qui descend, avec  l’alignement de vieilles pierres, me remplissait de joie. C’était magnifique, sans doute parce que je ne m’y attendais tellement pas!

Quelques personnalités attachantes nous ont fait passer un chouette moment : le vendeur de beignets (hmmm délicieux, en plus ces beignets!), ce pêcheur infatigable malgré l’agitation de la mer (je n’ai rien vu au bout de sa ligne), les skippers qui proposent des petits tours de bateau à qui veut bien tenter l’aventure. Bon, on a mis du temps à comprendre ce qu’ils nous disaient mais certains valeureux ont eu l’air ravis de cette aventure.

 

IMG_1137

Nous avons continué nos pérégrinations dans le parc et du haut des vestiges. J’ai vu que toute la végétation s’était courbée sous la force du vent. En lisant, Noces à Tipaza, je me demande si les arbres avaient failli sous la puissance du vent déjà dans les années 1930 et si ce n’était pas eux qui faisait penser Camus à l’omniprésence des Dieux dans ce site.

IMG_1189

Je n’ai qu’un seul regret, c’est la présence des déchets plastiques qui gâchent vraiment tout. Pour nous garder encore un peu dans la magie du lieu, à la sortie du parc, nous avons rencontré deux aigles royaux. Majestueux. Et alors que je prenais des photos, sans être très rassurée, ma batterie a crié famine et s’est coupée…

 

Ici, c’est-à-dire ailleurs…

Nous y sommes depuis quelques semaines mais nous ne pouvons pas dire que nous sommes installés.

IMG_0588IMG_0706IMG_0704

J’essaie de raconter dans les grands lignes, mais nous avions décidé de démarrer l’aventure en bateau, histoire de penser le temps et l’espace autrement le temps d’un voyage. Repenser le temps du voyage en 22 heures de bateau au lieu de 2 heures d’avion. Nous avons quitté Marseille sous le soleil et avons rejoint Alger dans la brume.
Je me disais, ne manque surtout pas l’arrivée au loin, on t’a dit que c’était incroyable. Alors je guettais: rien, trop tôt. Je rentre, je retourne sur le pont, toujours rien… Et puis je vois des gens courir et se précipiter sur le pont… La baie était là, tout près.

Nous y étions presque. Je ne peux vous décrire le flot d’émotions qui m’a saisie à ce moment-là mais on peut dire que c’était intense et surtout inédit! La casbah, la grande poste (enfin je crois :)), les couleurs, les mouettes, les petits bateaux avec leur drapeau vert, blanc et le croissant rouge, les enfants qui font des coucous aux pêcheurs, les gros cargos… ça c’est gravé pour toujours!

Je m’attendais à être submergée par des odeurs inconnues mais pas du tout! En guise d’odeurs inconnues, j’ai été servie avec la sortie du bateau: un bon concentré de fuel bien connu, orné de klaxons impatients! « C’est quand qu’on sort!!!!!!!!!!!!!!!! » La surprise était ailleurs.

Je conduis dans Alger, moi, une p’tite nana. C’est assez rigolo…

Une fois arrivés vers chez nous, c’est le boucan des cigales qui nous a cueilli! Incroyable, c’en était presque désagréable tant c’était fort et puis devant notre porte, une petite odeur délicate comme pour dire aux hôtes de cette maison: « soyez les bienvenus ». Un buisson de jasmin. Ces deux sensations resteront inmanquablement comme les premiers souvenirs de mon expérience algéroise.

IMG_0899

Maintenant que nous sommes connectés, je pourrai vous en raconter un peu plus…

A très vite

 

Déménager encore et encore!

De tous, c’est probablement mon déménagement le plus dur! Le plus dur car crevée depuis deux ans, car je devrai attendre quelque temps avant de retrouver un chez moi et un peu plus avant de retrouver toutes mes choses.

Mais dans cet ailleurs que je vais rencontrer (je ne sais même pas à quoi va ressembler mon nouveau chez moi), j’espère pouvoir créer une nouvelle dynamique. Avec un carré de terre pour faire pousser des choses, par exemple. Je lis comment se fabriquer un petit carré de potager (moi qui n’y connais rien, strictement rien). J’ai hâte de mettre mes mains dans la terre et regarder tous les matins ce qui pousse et comment ça pousse.

J’ai hâte de pouvoir découvrir de nouvelles saveurs, de nouvelles odeurs, de découvrir ma cuisine, de nouvelles sensations (d’humidité, de chaleur, de vent, je ne sais quoi encore).

Je me demande où et comment je vais pouvoir agencer ce qui pourrait enfin ressembler à un atelier. Voilà bien deux ans que mes choses de mercière sont dans des boîtes, dans des étagères, bref si peu accessibles… En attendant, je ne touche à rien du tout. Pas une aiguille qui s’active depuis début juillet, pas un fil qui me passe dans les mains. Et j’ai vraiment hâte de pouvoir les retrouver.

Pendant ce périple, je n’ai réussi à garder que quelques ouvrages de tricot: mon boho blush, persuasion, et de crochet, le plaid de grand-mère de Laurence Mabit, qui traîne dans mon sac depuis quelque temps. J’espère que mon sud va m’aider à étaler mes affaires et à les faire cliquer un peu.

Cette page qui s’ouvre est complètement blanche, je ne projette rien, n’en attends rien et tellement à la fois, que je ne peux que me laisser faire en avançant doucement tous les sens en éveil et sourire aux lèvres. Bonne étoile, si tu passes par-là, j’arrive…

IMG_7784

Bientôt les vacances!

Certaines années, les vacances sont plus faciles que d’autres. Pour moi, ce sera l’heure de déménager. d’aller vivre ailleurs quelques années et de goûter le sel du Sud.

En attendant, je m’étais dit que je voulais finir absolument Rosie Posie avant les vacances et j’ai réussi :), enfin presque parce que j’avais déjà emballé ma MAC, mes tissus et mes zips… Impossible de monter Rosie Posie.

Bon bah, c’est pas grave, je vous montre quand même, après tout c’est pas l’imagination qui manque ici… Me trompé-je?

IMG_0151

Belles vacances à toutes et à tous, et à je ne sais pas quand…